Le 7 septembre 2014, je partais avec ma grosse valise et mon gros sac à dos avec un billet aller simple direction Dublin. Retour sur cette année qui a changé ma vie. Du haut de mes 21 ans, je partais pour la première fois seule m’installer dans un pays où je n’avais jamais mis les pieds. Je ne savais absolument pas à quoi m’attendre. J’avais des projets pour la suite et il s’avère que tous ces projets ont vraiment été chamboulés. Ce voyage m’a fait grandir et m’a changée. Cette année à Dublin a été rapide, attractive et chargée émotionnellement parlant. J’avais l’impression de vivre x1000 ! Retour sur cette expérience Erasmus à Dublin.

La candidature

Il faut dire que dès le début, ce n’est pas facile. J’étais en deuxième année de Langues Étrangères Appliquées à la fac de Dijon lorsque j’ai postulé au programme Erasmus. La sélection se fait sur dossier et bien évidemment, il y a bien plus de candidats que de personnes prises. Nous pouvions candidater à 3 universités différentes pour notre 3ème année de fac. Après beaucoup de paperasse et de pression, le jour des sélections arrivent, je me rends sur les tableaux d’affichage et déçue, je ne vois pas mon nom. Je décide donc d’écrire un email à mon professeur d’anglais afin de savoir pourquoi je n’ai pas été prise. Celui-ci me répond donc que c’était une erreur, il avait oublié d’afficher mon nom mais que je suis bien sélectionner pour passer ma troisième année à l’université de Dublin en Irlande. Wahou le choc émotionnel !

L’installation à Dublin

Toute stressée, le 7 septembre 2014, je prends l’avion seule pour la première fois, un aller sans retour direction Dublin. Une nouvelle vie commence mais je ne m’en rends pas encore vraiment compte. J’avais pris contact avec une autre fille de ma promo qui faisait son Erasmus dans la même fac que moi à Dublin et elle m’a dit qu’elle logeait pour l’instant en auberge de jeunesse. J’ai donc décidé de la rejoindre dans cette auberge. Je ne savais pas encore à ce moment-là qu’une réelle amitié allait se créer et que nous allions passer le reste de l’année ensemble.

Lors de mes premières discussions avec des Irlandais, j’avais vraiment l’impression de ne rien comprendre à l’anglais avec leur accent, puis au bout de 15 jours on s’y fait. D’ailleurs parlons de la météo ! J’ai été effrayée car on m’avait dit qu’en Irlande, il pleuvait tout le temps. Et bien sachez que lorsque je suis arrivée, il n’y a pas eu une goutte de pluie pendant 3 semaines ! Un miracle ! Et il a même fait 27 degrés début septembre (ceci reste vraiment très rare).

Après m’être installée dans l’auberge de jeunesse, juste à côté de la fac. L’heure de la rentrée avait sonné et nous découvrions l’université de Dublin Institute of Technology. Ce qui était vraiment génial, c’est que nous pouvions choisir nos matières tant qu’elles correspondaient à des matières que nous sommes censées étudier dans notre parcours LEA. J’ai vraiment adorer aller à la fac à Dublin et les cours que nous avions. Les professeurs étaient tous géniaux également. J’ai vraiment trouvé que la fac en Irlande était plus progressive dans l’éducation qu’en France.

En plus de la fac, au bout de 15 jours d’installation, j’ai trouvé un job dans l’auberge de jeunesse où je séjournais. À défaut d’avoir trouvé un appartement (oui il est très très difficile de trouver un appart à Dublin sans se ruiner!), on m’a proposé un job à 20h/semaine dans l’auberge en échange du logement gratuit. J’ai donc tout de suite accepté et je suis même restée jusqu’à mi-novembre ! J’avais donc condensé mes cours les lundis et mardis (9h-19h) et je travaillais du mercredi au dimanche en tant qu’housekeeper dans l’auberge de jeunesse de 10h à 14h. C’était un rythme assez dur, sachant qu’en plus, on sortait tous les soirs avec les collègues. Honnêtement avec du recul, je ne sais pas comment j’ai tenu pendant près de 3 mois sur ce rythme.

Aussi vite embauchée, mais aussi vite licenciée. Autant pour être embauchée, j’ai donné mon CV et on m’a dit « tu commences demain à 10h ». Autant pour être licencié, ce fût aussi bref. Convoqué dans le bureau « bonjour, nous n’avons plus besoin de vous. Il y a moins de clients. Vous avez jusqu’à la semaine prochaine pour partir sinon il faudra payer votre chambre. » OK. Et bien, la chasse aux appartement fût lancée et je suis ravie de vous dire que mon amie Lily et moi avons trouvé un appart en coloc en moins d’une semaine ! Ce n’était pas l’appart de rêve, nous avions une chambre partagée mais il était situé en plein centre-ville et pouvions aller à la fac à pied !

Quand je partais me balader à Howth

La vie d’Erasmus

Une fois qu’on a pris ses marques dans la ville, la routine s’installe. On se fait de nouveaux amis, on sort le soir, on va en cours la journée. D’ailleurs, la plupart de mes amis étaient des étrangers aussi. Je ne me suis quasiment pas fait d’amis irlandais. Il faut dire qu’il y a beaucoup d’étrangers qui vivent à Dublin ! La vie d’Erasmus est souvent perçue comme une année de fête et de déboires en tout genre. On ne va pas se mentir, oui on a bien fait la fête mais ce n’est pas que ça. Eramsus c’est aussi une année où on découvre une nouvelle culture, une nouvelle ville. On parle constamment une autre langue et on réfléchit dans cette langue à présent. On doit se débrouiller avec l’argent que l’on a et on vit parfois dans des situations précaires. On se questionne beaucoup et on a des moments de tristesse, de nostalgie. On se sent seul parfois loin de notre famille et nos amis en France. Clairement mon année Erasmus a pour moi été les montagnes russes. Parfois j’étais au top du top, d’autres fois au fond du gouffre. Il faut dire qu’on vit tout à 100 mille à l’heure et qu’on ne réalise pas vraiment que cette année est unique.

Exchange is not a year in your life, it’s a life in your year. 

Quand ma famille est venue me rendre visite, devant la statue de Molly Malone

Le dur retour à la réalité

Unique oui, car cette année Erasmus a une fin. Les amis que nous nous sommes fait cette année-là resteront pour la plupart des amis de passage. Nous ne reverrons pas la plupart. Les histoires que nous avons vécus resteront uniques et même si nous retournons dans le pays, nous ne revivrons plus jamais ces années étudiantes. Erasmus c’est une chance inouïe. Je pense que c’est une expérience que l’on ne regrette pas. On en ressort plus grand, on en ressort changé. Pour ma part, le retour en France fût compliqué. Même si après 10 mois en Irlande, j’avais envie de rentrer en France pour diverses raisons. Et ça m’a fait du bien de rentrer. Mais j’ai vite compris que la vie que j’avais en France avant n’existait plus. Les choses ont changées, j’ai changé. L’Irlande me manquait déjà. J’ai mis du temps à comprendre que ce que j’ai vécu cette année là, je ne le revivrais plus. Ça a été dur. Et j’ai décidé de repartir. J’ai donc quitté ma ville de cœur Dijon, pour poser mes bagages à Toulouse.

Je ne peux que conseiller à celles et ceux qui veulent partir en Erasmus de foncer ! Tentez l’expérience ! C’est vraiment une expérience unique comme on entend souvent dire. Personne ne vit son Erasmus de la même manière je pense, mais personne ne le regrette ! C’est une expérience qui nous forge, qui nous endurcie, qui nous donne confiance en nous.

 

Bilan

Bilan de cette année qui a changée ma vie : vivre à Dublin m’a définitivement donné encore plus envie de voyager. Je veux repartir ! Pas forcément pour Dublin. Je veux repartir ailleurs ! La nouveauté, la découverte me manque. J’ai énormément appris sur moi-même lors de cette année, et s’en même m’en rendre compte je me suis forgée. Je suis également presque devenue bilingue, même si les langues se perdent avec le temps sans pratique. J’ai continué de voyager encore plus pour découvrir d’autres cultures. Mais j’ai hâte de retourner à Dublin de nouveau, car j’ai vraiment adoré vivre dans cette ville avec des gens si accueillants et sympathiques. Clairement cette année m’a fait grandir et j’ai maintenant plein de merveilleux souvenirs dans la tête !

Alors oui je me suis contredis, oui j’ai changé d’avis et bien oui, j’ai grandi !

xoxo Cindy

 


Dublin ce fût :

des rencontres – des pintes – l’auberge de jeunesse – une vraie amitié créée – de la fête – du travail – des voyages – les cours – les bars – de la solitude – de la musique – des légendes – une coloc’ – l’accent irish – se redécouvrir – de la nostalgie – des remises en question – des projets pour l’avenir – une ville multiculturelle –  une ouverture d’esprit – des moments de tristesses – des moments de joie – des soutiens – La Saint Patrick – des fous rires – des déceptions – un manque de la famille, d’amis – des échanges – des périodes précaires – une joie de vivre – de l’apprentissage  – des découvertes – des rêves – des histoires – se chercher – évoluer …


ON SE RETROUVE SUR PINTEREST ? 

Voici les images à épingler pour retrouver mon article plus facilement. Encore plus de photos sur mon compte Pinterest

2 commentaires

  1. j ai loupé le coche moi à la fac
    pas d erasmus dans ma filière
    tu pense bouger ailleurs après la fin de tes études
    des envies de pays ??

    1. Oh qu’est-ce que c’est dommage ! Mais bon tu t’es bien rattrapée en voyage de ce que je vois !
      Oui je pense partir à l’étranger à la fin de mes études (enfin on verra où le vent me mène). J’ai envie de visiter beaucoup de pays mais pour m’installer je pense à Londres. Peu original mais j’aime trop l’accent british ! 🙂

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :