Découvrir le Ghana, c’est s’ouvrir à l’Afrique subsaharienne, dans un mélange de couleurs, de saveurs et d’odeurs. Situé sur le golfe de Guinée, juste au-dessus de l’équateur, le pays est connu pour son or et ses forts datant de la colonisation. Entouré de pays francophones, la république du Ghana est un des seuls pays stables d’Afrique de l’Ouest depuis plusieurs décennies. C’est pourquoi, il reste un pays assez safe et qu’il a réussi à bien se développer depuis plusieurs années. Il en reste, néanmoins, un pays peu touristique, délaissé par les globe-trotteurs qui préfèreront ses acolytes anglophones de l’Est, tels que le Kenya ou la Tanzanie. Pourtant, le Ghana regorge de beautés naturelles encore sauvages, sans empreintes touristiques, d’une culture diverse et authentique et d’une bienveillance accueillante et chaleureuse de la part de ses habitants. 

Dans cet article, je t’emmène donc avec moi au Ghana, dans le pays de Nkrumah, découvrir ce qu’il y a de plus beau à voir et te donner quelques tips pour préparer ton voyage. 

Comme tu le sais peut-être (ou pas), je suis allée plusieurs fois dans ce pays car ma cousine y vit et a construit sa famille là-bas, dans la capitale, Accra. C’est pourquoi, j’ai eu la chance d’être immiscée au cœur de la vie locale, de pouvoir discuter avec les habitants et de découvrir le pays d’un peu plus près. 

Les Ghanéens et Ghanéennes sont incontestablement gentils et chaleureux. Je t’invite donc à discuter avec eux et ils t’emmèneront peut-être découvrir leur univers. En tout cas, ils se feront un plaisir de te parler de leur pays qu’ils aiment tant.

  • Vols

Il existe des vols directs depuis Paris Charles-De-Gaulle desservis par Air France-KLM. Le vol dure environ 6h30 et les prix sont d’environ 400€ aller-retour. D’autres compagnies proposent des voyages vers le Ghana telles que British Airways, Brussels Airlines, Ethiopian Airlines ou Turkish Airlines. 

Tu arriveras au Ghana à l’aéroport international de Kotoka, à Accra, la capitale. 

  • Décalage horaire 

+1h en hiver

+2h en été

  • Monnaie 

La monnaie nationale ghanéenne est le cedi (GHS)

1€ = 6,80GHS / 1GHS = 0,15€

Il y a des distributeurs dans les grandes villes, mais je te conseille d’avoir toujours de l’argent en liquide sur toi. En effet, la plupart des petits commerces n’acceptent que l’agent en liquide ou le mobile money (payer avec un crédit téléphonique, c’est la folie !). Tu pourras payer par carte uniquement dans les aéroports et grands commerces.   

  • Budget 

Le Ghana reste un pays d’Afrique où nous aurons un gros pouvoir d’achat en tant qu’Européen. Cependant les prix peuvent varier du simple au triple suivant où tu te rends. Par exemple, tu peux manger un plat typique dans un restaurant local d’un quartier populaire pour environ 5 GHS mais le même plat peut te coûter 15 GHS dans un quartier plus hype. 

  • Négociations et pourboires

Il n’est pas coutume de laisser des pourboires au Ghana sauf lors d’activités touristiques où  je te recommande de laisser quelques cedis supplémentaires (arrondir au chiffre rond du dessus, voire plus s’il a été excellent) à ton guide.

Par contre, il est plutôt fréquent de négocier les prix dans les boutiques locales, les fabriques de tissus ou pour un service (taxi par exemple). Sachant, que si tu es un touriste, ils vont forcément te proposer un prix élevé. Essaye de demander à un Ghanéen(ne) combien coûterait ce que tu veux acheter avant d’effectuer ton achat pour au moins te rapprocher du prix normal. 

Attention cependant, il y a des endroits comme les restaurants, les hébergements ou les lieux touristiques où les prix ne sont pas négociables et parfois, il y a des prix indiqués plus élevés pour les touristes que pour les résidents ghanéens.

La langue officielle du Ghana est l’anglais. Le pays compte 9 langues nationales : l’akan (akuapem twi, asante twi, fanti), le dagaare, le dagbane, le dangme, l’ewe, le ga, le gonja, le kasem et le nzema. Le twi restant la langue la plus parlée. Au total, on recense une quarantaine de langues et près d’une centaine de dialectes locaux, en raison des différentes ethnies. Mais ne t’inquiète pas l’anglais est parlé par quasiment l’ensemble de la population, sauf dans les milieux ruraux assez reculés.

Santé

  • Avant le départ, les vaccins universels doivent être à jour (diphtérie, tétanos, polio, coqueluche, hépatite A et B) et la vaccination contre la fièvre jaune est obligatoire. 
  • Le plus grand risque de maladie est le paludisme (la malaria en anglais), qui touche énormément de Ghanéens et de touristes. Il n’existe pas de vaccin, c’est pourquoi il faut prévoir un traitement préventif avant et pendant toute la durée de son séjour. Si tu ressens des maux de tête, des douleurs musculaires, un affaiblissement ou si tu es pris de diarrhées ou de vomissements, rends-toi directement à l’hôpital le plus proche pour te faire tester. 
  • De plus, pour se protéger du paludisme, et de toute autre maladie transmise par les moustiques, il est conseillé de se protéger avec un répulsif à moustique et des vêtements longs. Évite aussi les baignades dans les eaux stagnantes (risque d’infection parasitaires)
  • L’eau du robinet n’est pas potable. Vérifie toujours que l’eau que tu prends en bouteille ait bien un bouchon fermé. 

Sécurité 

  • Le Ghana est un pays plutôt sûr en raison de sa stabilité politique depuis plusieurs années. Cependant, il est déconseillé de se rendre dans certaines régions (comme au Nord-Est, près de la frontière avec le Burkina Faso) en raison de heurts inter-ethniques. 
  • À l’aéroport, n’accepte pas de l’aide de porteurs qui ne seraient pas en uniforme et ne monte que dans des taxis officiels. 
  • Il est déconseillé de se déplacer à pied dans certains quartiers la nuit (Nima et Jamestown, par exemple). 
  • En règle générale, écoute les conseils des locaux qui te diront si tu peux te rendre à tel endroit ou non.

Au Ghana, on compte principalement 2 saisons : la saison humide d’avril à septembre-octobre et la saison sèche de novembre à mars. Les températures varient autour de 30°C durant la saison humide et jusqu’à 40°C pendant la saison sèche. 

Il existe une vraie différence entre le nord et le sud du pays. Le nord est plus chaud et sec, notamment quand il est sous l’influence de l’harmattan, un vent sec et chaud qui provient du Sahara, et qui amène aussi du sable. Tandis qu’au sud, le climat est plus humide, notamment pendant la saison des moussons qui touche la côte ouest de mai à juin. On y trouvera donc un climat beaucoup plus verdoyant et boisé.

Tout au long de l’année, le soleil se lève vers 6h du matin et se couche très rapidement vers 6h du soir. Les Ghanéens vivent beaucoup au rythme du soleil, principalement dans les villages et commencent leur journée très tôt donc dès 5h du matin. 

Le meilleur moment pour voyager au Ghana est donc durant la saison sèche de novembre à mars.

  • Bus

En dépit d’avoir un réseau ferroviaire, le Ghana dispose d’un grand réseau de bus reliant de nombreuses villes entre elles, même au-delà des frontières du pays. Les bus sont plutôt confortables et surtout peu onéreux. 

Il existe aussi des minibus appelés Tro-tros, qui font des moyennes distances. Mais je ne te les conseille pas, car en plus d’être cher et ils ne donnent pas confiance. Ce sont souvent des bus bruyants et en mauvais état. En plus, ils ne partent que lorsqu’ils sont complets ! 

  • Taxis

Les taxis sont omniprésents dans les villes, et revêtent souvent des messages ou citations religieuses sur leur carrosserie, ce qui me fait beaucoup sourire. Cela peut-être surprenant, mais il arrive souvent que les taxis embarquent et débarquent plusieurs passagers (qui ne se connaissent pas) tout au long d’un parcours. Mais si tu as la tête d’un touriste, ils ne le feront probablement pas et en profiteront même pour surévaluer un peu le prix de la course. 

  • Location de voiture avec chauffeur

Il est tout à fait possible de louer une voiture avec chauffeur pour les longs trajets. Nous l’avons fait pour partir de Tamale jusqu’au Mole National Park. Si tu me suis sur Instagram, tu as du voir que nous avons eu une mauvaise expérience, car le premier jour, la voiture du chauffeur n’avançait pas et nous avons donc roulé 1h puis fait demi-tour car nous allions mettre le double du temps (si nous n’avions pas d’accident d’ici-là). Le deuxième jour, nous avons donc trouvé un chauffeur avec une voiture bien plus sûre (que nous vérifions bien avant d’accepter) et nous l’avons loué pour toute la journée et il nous a trimballé partout. 

Le prix pour une journée avec un chauffeur est assez élevé, il me semble qu’il est de 500 GHS. Mais ça peut vraiment valoir le coup pour une virée lointaine où les sentiers sont peu accessibles, et en plus tu te fera un nouvel ami ghanéen qui te donnera plein de conseils. 

  • Avion

Il existe des liaisons aériennes internes au pays qui relient les principales grandes villes (Accra, Kumasi, Tamale). Les trajets par avion sont bien plus onéreux que par bus (compte minimum 500 GHS) mais le temps de trajet est bien plus rapide (moins d’1h de vol).

Les plats traditionnels ghanéens se composent principalement d’une pâte sous forme de purée ferme, accompagnée de viande ou de poisson en sauce, que l’on mange avec les doigts ! Les plats les plus connus sont le fufu (plantain et manioc pilés), le banku (farine de manioc et de maïs bouillie), le kenkey (farine de maïs bouillie dans une feuille de maïs) ou le Tua Zaafi, aka TZ (farine de maïs ou de millet). 

On trouve aussi du jollof rice (une sorte de risotto), du yam (de l’igname frit) et des alokos (bananes plantains frits). Il y a très peu de crudités au Ghana, mais de nombreux fruits exotiques : mangues, ananas, bananes, noix de coco… Bref un vrai régal de manger au Ghana ! 

À savoir que le Ghana est un des premiers pays producteur de cacao au monde, mais n’est pas trop consommateur.

Au Ghana, on utilise du 220/240 volts et des prises à 2 ou 3 broches (comme les prises anglaises). Il y arrive qu’il y ait des coupures d’électricité (de moins en moins courantes dans les grandes villes). 

Dans les grandes villes comme Accra, tu trouveras facilement des accès wifi gratuits dans les bars, restaurants ou hôtels. Mais ne t’attends pas à un débit de dingue… Si tu restes plus d’une semaine et que tu souhaites sortir d’Accra, je te conseille vivement de prendre une carte SIM locale, notamment si tu veux garder contact avec tes nouvelles rencontres ghanéennes (même si tous utilisent Whatsapp). Tu pourras en trouver sous les parasols des opérateurs téléphoniques les longs des axes principaux des villes. Certains n’acceptent de vendre des cartes SIM que si tu es en possession d’un passeport ghanéen, dans ce cas-là, rends-toi sous un autre parasol d’opérateur téléphonique et tu trouveras bien quelqu’un qui acceptera. 

Le prix de la carte SIM est de 10 GHS et tu peux ensuite prendre des recharges à 5, 10 ou 20 GHS (qui se vendent presque partout) et choisir si tu souhaites du crédit téléphone et internet ou juste internet. Tout ceci est très facile d’utilisation (beaucoup plus qu’en France !). Le réseau n’est pas toujours bon partout mais généralement celui-ci fonctionne bien dans les grandes villes.

Les deux grandes religions du pays sont la chrétienté au sud et l’islam au nord. Les Ghanéens sont très croyants et affichent fièrement leur foi sur leurs enseignes ou dans leurs discours. Il n’est pas recommandé d’afficher son agnosticisme ou son athéisme, The Wild Trip l’a testé (je te laisse découvrir son anecdote) mais généralement ce n’est pas bien vu, car les gens ne comprennent pas pourquoi on ne croit pas. 

Le Ghana est composé de nombreuses ethnies qui jouent un rôle social, économique et politique dans le pays. Il y a même un conseil de chefs traditionnels. J’ai d’ailleurs eu la chance de rencontrer un chef de village et de participer au Damba festival, le festival des chefs !

Les incontournables au Ghana
Que faire, que voir, que visiter ?

Le Ghana n’est pas un pays très touristique et pourtant, tu ne t’ennuieras pas si tu comptes voyager dans le pays. Entre sa capitale attractive, ses forts datant de la colonisation, ses marchés colorés, ses cascade de la région volta, ses parcs nationaux, il y a de quoi voir du pays ! Même si celui-ci est situé au bord de l’Atlantique, on ne peut pas dire que le Ghana soit une destination balnéaire. En revanche, il attire bon nombre de surfeurs ! Constitué de denses forêts tropicales au sud et de savane au nord, le pays a surtout été connu pour ses réserves en or. 

En visitant le Ghana, tu découvriras l’hospitalité à l’africaine, une culture à part, avec différentes ethnies, une faune et flore sauvage et des forts qui ont marqué l’histoire. Une chose est sûre, au Ghana, il règne une bonne ambiance. 

⎜Accra

Accra, la capitale du Ghana est une ville à fort potentiel. Elle regroupe un bon nombre d’activités touristiques, mais aussi un large choix d’hôtels et restaurants. C’est une ville cosmopolite, historique mais aussi une ville d’art ! Situé dans le sud du Ghana, sur les bords de l’océan Atlantique, tu trouveras de beaux jardins, des marchés populaires et des monuments historiques. Une grande ville dans laquelle tu verras de la gaieté à tous les coins de rue. 

⎜Cape Coast

le port de Cape Coast
Cape Coast ©The Wild Trip

Cape Coast est la principale ville côtière de l’Ouest du Ghana. Ce fût autrefois l’un des grands centres de déportation des esclaves africains vers les Amériques. C’est pourquoi cette ville est forgée d’un caractère chargé d’histoire. Avec son histoire, son architecture coloniale, ses plages et ses pêcheurs, Cape Coast est devenue une ville à l’attrait touristique. On y vient visiter les nombreux forts de sa région, la Golden Coast, mais aussi admirer l’architecture coloniale de ses rues héritée des pionniers portugais. Son port est animé de pêcheurs actifs avec leurs bateaux traditionnels et ses plages bordées de palmiers donnent envie de se baigner dans sa baie. 

Le château de Cape Coast a été l’un des châteaux d’esclaves construits sur les rives du Ghana, qui a servi de centre administratif pour la domination britannique en Afrique de l’Ouest. On peut visiter le musée et les donjons où étaient gardés les esclaves attendant leur expédition vers les Amériques. 

Elmina ©The Wild Trip

À 10 km de Cape Coast, le fameux château d’Elmina, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, fut construit par les Portugais en 1482 et est la plus ancienne construction européenne d’Afrique. Son fort fut une prison pour les esclaves attendant leurs navires. C’est l’un des plus grands forts d’esclaves au monde. Il existe de nombreux tours guidés pour visiter le fort. Je te le conseille car ceux-ci te permettront d’en savoir plus sur l’histoire de ce lieu.

⎜Kumasi

centre-ville de Kumasi
Kumasi ©The Wild Trip

Deuxième plus grande ville du Ghana, Kumasi est la capitale du royaume Ashanti et de la région Ashanti. Aujourd’hui encore la famille royale Ashanti y vit, même si le rôle du roi est actuellement purement symbolique. C’est une des plus vieilles villes du Ghana et d’Afrique. 

Kumasi est une ville assez touristique, à l’échelle du Ghana. Tu pourras y découvrir l’ancien fort, le centre national culturel de Kumasi, ou encore le musée d’histoire Ashanti qui relate l’histoire de ce grand peuple de ses origines à nos jours. Mais Kumasi est connue pour être la ville qui contient le plus grand marché du Ghana, le Kejetia market, dans lequel on pourrait se perdre pendant des jours.  

Kumasi a pendant longtemps été le carrefour du commerce de l’or au Ghana et on le ressent encore aujourd’hui dans la ville. L’or occupe une place importante tant dans la royauté Ashanti que pour les gens du peuple. Bijoutiers, sculpteurs, menuisiers et potiers y travaillent l’or pour y confectionner des pièces artistiques authentiques. C’est d’ailleurs pour ça que la région ghanéenne a été appelée la Golden Coast !

⎜Parc national de Kakum

Le Parc national de Kakum est un des plus beaux parcs du Ghana. Dans sa forêt tropicale, tu pourras partir à la rencontre de la faune et la flore locales. On y trouve une grande variété de plantes tropicales et médicinales, des arbres vieux de milliers d’années, plus de 260 espèces d’oiseaux et de nombreux animaux, tels que : de grands éléphants, des buffles, des hyènes, des antilopes, des phacochères… et si tu es chanceux, tu pourras peut-être même apercevoir un léopard dans son milieu naturel. 

Bien sûr, le parc national de Kakum est surtout prisé pour son fabuleux canopy walkways. Des ponts de singes uniques suspendus à plus de 30 mètres du sol, atteignant la cime des arbres. De là-haut, tu auras une vue imprenable sur la jungle, ainsi qu’une sacrée poussée d’adrénaline !

⎜Parc national de Mole

Le Parc national de Mole, situé dans le nord du Ghana, à 146 km de Tamale, est le parc naturel ghanéen le plus grand et le plus connu. En s’immisçant dans cette savane, on se croirait vraiment dans le Roi Lion. Cette vaste réserve possède la plus grande concentration d’animaux sauvages du territoire. On pourra y voir des éléphants (près de 600 !), antilopes, phacochères, singes, crocodiles, ainsi qu’une diversité d’espèces d’oiseaux. Mais on ne va pas se mentir, ceux que l’on vient voir dans ce parc ce sont principalement les éléphants ! J’en ai vu deux lors de mon tour guidé et c’était tellement incroyable de les voir de si près dans leur milieu naturel. 

Le safari peut se faire à pied ou en 4×4 avec un guide, mais il est vrai qu’utiliser une voiture permet de couvrir une plus large partie du parc et de mieux voir les animaux (car on est sur le toit !). La visite dure 2h et passe bien trop vite ! Pour prolonger ton séjour au parc de Mole, tu peux séjourner au Zaina Lodge, un hôtel de luxe au cœur du parc national avec vue sur l’étang où les éléphants viennent se baigner.  

À ne pas manquer, juste à côté du parc, la mosquée de Larabanga, la plus vieille mosquée du Ghana, construite dans un style soudanais au XVème siècle. Son architecture unique faite de tours pyramidales et de poutres horizontales qui dépassent de sa façade attire les regards curieux. De plus, si tu es à Larabanga, il faut que tu ailles voir le “mystic stone”, ce rocher mystérieux, qui lorsque l’on a essayé de le déplacer est toujours revenu à sa place initiale. Les habitants considèrent donc ce rocher comme mystique. Certains viennent prier dessus, mais on ne connait pas réellement le pouvoir de ce rocher.

⎜La région de la Volta

La région de la Volta est située au sud-est du Ghana, à la frontière avec le Togo. Elle tient son nom du fleuve volta qui trouve son embouchure dans l’Atlantique. Le lac Volta, d’une superficie de 8 502 km, est le plus grand lac au monde fait par l’Homme. La région est composée de lagons, d’îles, de mangrove, de plages et d’une flore bien verte avec toute cette humidité. 

Les activités sont nombreuses, tu pourras par exemple faire un tour de bateau sur le lac Volta (attention à la qualité du bateau), découvrir les animaux de la forêt tropicale humide et la savane arbustive du parc national de Kyabobo, visiter Tafi Atome, le village des singes, prendre le soleil sur la plage de Keta Beach, parcourir les villages typiques ou encore se rafraîchir dans les plus hautes cascades du pays : Wli Waterfalls.

Avec cet article, je pense que tu auras eu un bel aperçu de ce que tu peux faire au Ghana et comment t’organiser. N’hésite pas à me faire part de ton expérience si tu es déjà allé au Ghana, et sinon est-ce que c’est un pays qui te plairait ? 

xoxo Cindy

On se retrouve sur Pinterest ?

Voici les images à épingler pour retrouver mon article plus facilement. Encore plus de photos sur mon compte Pinterest

Leave A Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tu pourrais aussi aimer lire